• Accueil
  • Une reprise économique pressentie dans la zone UEMOA

Une reprise économique pressentie dans la zone UEMOA

Une reprise économique pressentie dans la zone UEMOA

BCEAO siège

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Une accélération de la croissance économique dans la zone UEMOA de 5,4% en 2021 puis à 6,4% en 2022. C’est ce qui ressort de la réunion ordinaire du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO. Tenue le 8 septembre 2021 par visioconférence sous la présidence de Monsieur Tiémoko Meyliet KONE, Gouverneur de la Banque Centrale, cette troisième réunion ordinaire au titre de l’année 2021, a été l’occasion de dresser le bilan de l’évolution des indicateurs macroéconomiques de l’année en cours et des perspectives de l’année 2022.

Au plan mondial, malgré les restrictions liées à la pandémie de la covid-19,  la conjoncture est à une forte progression de l’activité économique au deuxième trimestre 2021, sous l’effet de la poursuite des mesures de soutien budgétaire et monétaire et de l’assouplissement progressif des mesures de restriction de mobilité, grâce aux campagnes de vaccination. Rappelons que le FMI projette pour 2021 une reprise avec une croissance de 6,0%, après une contraction de 3,2% en 2020 selon son rapport paru en en juillet 2021.

Dans la zone UEMOA, « la croissance économique retrouverait sa tendance d’avant le choc sanitaire en se situant à 5,4% en 2021 puis à 6,4% en 2022, à la faveur de la consolidation de la reprise de l’activité économique dans l’Union consécutive à la bonne exécution des plans de relance et au maintien des mesures de soutien budgétaire et monétaire » selon le compte rendu de la réunion du Comité ; de quoi renforcer les projections d’une reprise soutenue dans la zone.

Le Togo également sur la voie d’une reprise économique

À la faveur du soutien économique et de la bonne gestion de la covid-19 par les autorités ainsi que de la campagne de vaccination massive, le Togo prévoit une reprise et une accélération des activités économiques. Dans ce scénario, le PIB réel augmenterait de 4,3 % en 2021 et de 5,6 % en 2022, stimulé par le secteur agricole, le rétablissement des investissements dans les secteurs des transports, de l’énergie et le secteur manufacturier, affirme notamment le rapport de la Banque Africaine de Développement (BAD) sur les perspectives économiques en Afrique 2021.

Sources : BCEAO / BAD